Vous êtes ici: Particularités
Deutsch
English
Français
samedi, juin 24, 2017
Eszett minuscule et majuscule dans Libertine Display
Img.1: Eszett majuscule
Img.2: ligatures des doubles consonnes
Img.4: caractères scientifiques (cliquer pour agrandir)
Hinting am Beispiel der Libertine
Img.5: Hinting. Les caractères originaux sont montrés en arrière-plan. En haut, rastérisation sans informations de hinting. En bas, ces informations (horizontales en vert et verticales en violet) améliorent le processus de "grid-fitting".

Le Eszett majuscule

Depuis plus d'un siècle, les typographes utilisent un Eszett majuscule, afin de donner une uniformité aux caractères majuscules. Le DIN-Institut a déposé une demande de certification ISO afin qu'à l'avenir, le Eszett majuscule obtienne une place dans l'encodage Unicode  (probablement U+1E9E). LinuxLibertine s'est joint à cette innovation, et sur la base de la proposition d'Andreas Stötzner (Signa Nr.9), inclut deux Eszett majuscule, l'un en capitales et l'autre en petites capitales (voir image de droite). Vous pouvez obtenir plus d'informations sur ce thème sur Wikipedia: Versal-Eszett (en Allemand).

Ligature des doubles consonnes

La langue allemand contient des doubles consonnes qui, bien qu'auparavant constituées d'un seul glyphe, ont évolué et ont été séparées l'une de l'autre. Le résultat peut apparaître de facon étrange, c'est pourquoi LinuxLibertine propose des ligatures spécifiques pour ces double consonnes. La nouvelle écriture, en abolissant la règle de diminution des trois consonnes, a provoqué l'apparition de mots typographiquement disgracieux, comme "Flussschifffahrt". Grâce à la ligature des doubles consonnes, de tels cas sont évités avec Libertine. De plus, cela aide le lecteur à reconnaître le groupe de caractères comme une seule unité phonétique. Une autre conséquence pratique est la réduction de la longueur des mots.

Caractères scientifiques

Dans les sciences dures en particulier, les caractères spéciaux sont très utilisés. Sans les caractères grecs pour désigner les variables, il ne serait par exemple pas possible de représenter les équations mathématiques en typographie. En chimie, le signe d'égalité est utilisé régulièrement, tout comme les symboles de genre en biologie. Bien qu'un éditeur spécifique soit nécessaire pour représenter de véritable formules, il est possible d'utiliser Libertine pour reproduire des caractères scientifiques au sein d'un document de texte.

Hinting (affichage à l'écran)

Depuis l'invention des polices vectorielles en 1986 par Adobe, les représentations sur écran font face à un dilemne important. La résolution est souvent trop faible pour rendre les glyphes de facon satisfaisante. Alors que les imprimantes actuelles supportent des résolutions d'au moins 600dpi, les écrans d'ordinateur sont souvent limités à 72dpi. Cela signifie que les caractères doivent être rastérisés pour être affichés à l'écran. Cela est fait par la technique dite du "Hinting", qui permet que les informations non nécessaires comme les empattements soient supprimés ou déformées, afin que les caractères soient reproduits de la facon la plus nette possible à l'écran. Le processus de rastérisation adapte les caractères aux pixels de l'écran. Le résultat est plus confortable à lire, bien que l'affichage à l'écran diffère du résultat imprimé. Le "hinting" n'est pas vraiment propre à Libertine, puisque toute bonne fonte le supporte. Cependant, des logiciels adaptés sont requis afin d'obtenir un "hinting" de bonne qualité. Les derniers systèmes GNU/Linux utilisent souvent "Auto-Hinter", qui permet d'afficher les polices sans "hinting" de facon relativement nette. L'image 6 montre la différence d'affichage avec et sans "hinting":

Img.6: affichage de LinuxLibertine sous Word 2003 (WinXP) en 11 Pt.